Printemps : comment apprêter les légumes de saison ?

La styliste culinaire de Maison & Demeure, Kristen Eppich vous donne ses trucs de pro pour cuir les légumes du printemps !

Récemment, j’ai flâné à l’épierie-boutique Pusateri dans le magasin Saks Fifth Avenue de Toronto et j’ai attirée par les produits aux couleurs printanières. Ça m’a fait réaliser que le printemps est bel et bien arrivé, même s’il a tardé à se pointer. Voici donc cinq de mes légumes préférés du printemps et des conseils sur les meilleures façons de les apprêter.

Grosses fèves : Achetez les fèves dès leur arrivée en épicerie, quand les gousses sont encore croustillantes et fermes. Lorsqu’elles brunissent, elles perdent leurs saveurs. Voici comment les préparer : ouvrez les gousses et retirez les fèves. Mettez les gousses vides au compost, car elles ne sont pas comestibles. Dans une petite casserole, portez de l’eau à ébullition, ajoutez les fèves et blanchir pendant deux minutes. Versez les fèves cuites dans de l’eau glacée pour les refroidir. Faites une petite fente dans l’une des extrémités de la fève et retirez la peau extérieure, pour ne garder que la chair tendre et savoureuse.

Asperges : La saison des asperges canadiennes, est très courte. Elle va de la fin avril (selon les saisons) jusqu’à début juin. Quand elles sont locales et vraiment fraiches (cueillies le matin même, disons), je les aime légèrement blanchies. En ce qui concerne les asperges cultivées localement, les tiges plus épaisses ne seront pas plus fibreuses ou moins sucrées que ses comparses plus minces. Il ne faut pas juger une tige par sa circonférence.

Radis : Beaucoup plus intéressants que les variétés qu’on retrouve en épicerie, les radis locaux et frais sont offerts en un éventail de couleurs et saveurs, difficiles à dénicher le reste de l’année. Ils méritent plus d’effort que de les inclure simplement dans une salade. Ils sont délicieux dans leurs versions marinées ou salées. Pour une collation rapide, trempez les radis dans du beurre frais et saupoudrer de sel casher. Miam !

Artichauts : Frais, les artichauts peuvent être intimidants à cuisiner, mais ils valent la peine. Si vous ne voulez rien de trop élaboré, vous pouvez les cuire entiers à la vapeur ou les blanchir, puis tremper les feuilles dans le beurre et ne consommer que la partie tendre. Si vous vous sentez d’attaque, coupez le tiers supérieur de l’artichaut et coupez toutes les feuilles coriaces (il y en aura beaucoup). Décollez la partie externe dure de la tige, puis évidez la partie pelucheuse du cœur. Vous pouvez ensuite le griller en entier, ou le trancher et sauter le tout dans l’huile d’olive. Assaisonnez selon vos goûts.

Rhubarbe : La rhubarbe est mon genre de plante, elle demande peu d’entretien et pousse facilement. Lorsque j’avais une maison de campagne, j’étais toujours étonnée de retrouver de la rhubarbe dans la cour chaque printemps. On a un climat idéal pour cultiver la rhubarbe : les hivers sont froids et les étés chauds. Lorsque vous l’achèterez ou la récolterez, cherchez des tiges épaisses de 10 pouces minimum de longueur, pour plus de saveur. Amusez-vous avec les tiges, mais assurez-vous de retirer les feuilles toxiques.

Auteur:
Kristen Eppich. Traduction par Claudia Guerra.
Photographe:
Kristen Eppich
Mots-clics: