Le style Shaker résiste à l’épreuve du temps

La petite histoire

Le style Shaker arrive à New York en 1774 lorsque Ann Lee, une expatriée britannique, débarque avec huit fidèles. Les adeptes sont nommés « Shakers » en raison de leurs convulsions extatiques et de leurs tournoiements lors des prières. Pourtant, les membres sont des progressistes prônant l’égalité hommes-femmes, la non-violence et le progrès technologique.

Faisant vœu de célibat et renonçant aux biens terrestres, ils vivent en communauté en partageant leurs avoirs et leurs gains. À son apogée en 1840, le mouvement comptait 6000 disciples aux États-Unis, dans 18 communautés réparties du Maine au Kentucky. Aujourd’hui, il reste à peine une dizaine d’adeptes.

Toutefois, leur héritage est toujours vivant. Dans les communautés Shaker préservées, comme Hancock Village, au Massachusetts, et au Shaker Museum de Mount Lebanon, dans l’État de New York près d’Albany, on peut voir encore nombre de leurs créations magnifiques, fonctionnelles et avant- gardistes. L’élégance un peu austère du style Shaker a résisté aux modes, inspirant les designers, qui intègrent cette esthétique intemporelle à nos intérieurs de multiples façons.

Pièces jointes

Le motif de ce papier peint imite les joints des boîtes en bois ovales des Shakers.

Plaisirs simples

Les Shakers élevaient l’artisanat au rang de culte. Pour sa cuisine, la designer Emily Netz a choisi la simplicité et la robustesse des armoires Shaker, reconnaissables à la bordure encadrant la façade : « Je me suis beaucoup inspirée des Shakers du XVIIIe siècle, dit-elle, surtout de leur esprit de simplicité et de fonctionnalité, deux qualités que je m’efforce de cultiver. » La rangée de patères sous l’étagère et le panier suspendu sont emblématiques du style Shaker.

Moindres efforts

Dans cette maison de Notting Hill à Londres, une table Shaker témoigne de son attrait intemporel : les lignes épurées se marient idéalement au tableau et au mobilier contemporains.


Auteur:
Wendy Jacob
Photographe:
Photos Emily Netz (cuisine)/Memo Showroom (pièces jointes)/Rich Stapleton (salon)
Source:
Maison et Demeure Février 2020
Mots-clics: