À l’intérieur de la bibliothèque remplie de livres en cuir du designer James Davie

Le designer James Davie nous explique pourquoi sa bibliothèque est sa pièce préférée. 

Notre bibliothèque n’en est pas vraiment une. C’était notre salle à manger, à mon compagnon, Mark, et moi, mais la pièce était trop petite pour recevoir. Nous lui avons donc trouvé une nouvelle vocation. Comme on allait y mettre des livres, nous avons décidé de l’appeler notre bibliothèque. Je me suis beaucoup inspiré de l’aspect grandiose des superbes bibliothèques publiques de New York, où j’ai vécu à la fin de la vingtaine, mais en faisant preuve d’un peu de retenue ! Accepter les imperfections des objets pour leur beauté inhérente est en fait ma devise en design et, lorsque vous avez deux garçons de moins de quatre ans comme c’est notre cas, les objets ayant déjà du vécu sont ceux qui présentent le moins de risques.

la bibliothèque de James Davie

L’autre source d’inspiration du design a été la cheminée que j’ai fait venir de Paris. Le marbre aux nuances de rose, de pourpre et d’or était tout à fait unique. J’ai modernisé la cheminée, conçue à l’origine pour le chauffage au bois, en y mettant un ensemble de bûches à gaz. J’ai installé des chenets pour maintenir le « bois » en place — et compléter l’illusion d’un foyer — et ajouté une barre de foyer qui fait office de repose-pieds, comme autrefois.

la bibliothèque de James Davie

Utiliser à l’intérieur des éléments d’architecture extérieurs est l’une de mes caractéristiques.Souvent, je préfère les aspects architecturaux d’un projet à la décoration elle-même. Pour notre bibliothèque, j’ai conçu deux étagères avec colonnes engagées et architrave, le tout enjolivé de clous décoratifs, des détails typiques des corniches des bâtiments multi-centenaires. J’ai aussi opté pour une lanterne crénelée rappelant celles utilisées jadis dehors. Au mur, j’ai mis un papier peint trompe-l’œil de Studio Printworks qui imite la maçonnerie extérieure.

la bibliothèque de James Davie

Je vais régulièrement dans les brocantes et j’adore les ventes aux enchères en ligne. J’y fais de 50 à 70 % de mes achats. J’aime beaucoup le site LiveAuctioneers, qui regroupe toutes les ventes d’antiquités ayant lieu partout dans le monde à n’importe quel moment. Si je cherche quelque chose de précis, disons une table en demi-lune Biedermeier de 1,20 m de large, ils m’envoient un courriel dès qu’il y en a une qui apparaît comme par magie. Il m’a fallu près d’un an pour trouver le miroir Louis-Philippe accroché au-dessus de la cheminée.

Auteur:
Propos recueillis par Emily Evans
Photographe:
Virginia Macdonald
Design:
James Davie
Source:
Maison & Demeure mars 2018
Mots-clics: