Design : ce qu’il faut savoir sur les copies selon Antoine Roset

Avis aux intéressé(e)s : Antoine Roset, vice-président de Ligne Roset USA sera à Montréal 17 août prochain pour une discussion dans le cadre des conférences organisées par le Festival Mode & Design. Notre édimemstre Claudia Guerra a eu l’occasion de le rencontrer il y a quelques semaines, pour parler d’un sujet de ce qui sera sans aucun doute abordé lors de cet évènement : le design authentique et le plagiat.

Véritable influenceur au franc-parler assumé, Antoine Roset est un homme engagé, « de la même façon qu’on peut l’être pour la nourriture bio », me dit-il. Un peu plus quand même, puisqu’il est l’un des fondateurs de Be Original Americas, un organisme consacré à protéger le design et les créateurs, à informer et influencer l’industrie comme les consommateurs. De plus, il participe régulièrement et « par plaisir » à des conférences afin d’en faire la promotion. Parmi les autres fondateurs, on compte Cassina, Ligne Roset, artek, Herman Miller, Fritz Hansen, Bernhardt… «On ne va pas éradiquer la contrefaçon, on est juste là pour dire qu’il y a d’autres façons de faire. Pour vous dire de garder en mémoire ce que vous faites quand vous en acheter.»

Comment évolue Be Original Americas depuis sa création en 2013?
« Le mouvement grandi très vite. On a été approché par les douanes américaines pour offrir de la formation aux douaniers et les aider à comprendre les produits modernes du milieu du siècle, entre les années 1950 et 1970, et comment reconnaitre du faux un vrai canapé Togo, un vrai fauteuil Eames ou Barcelona…

Qu’est-ce qui vous amène à participer au Festival Mode & design ?
Le très bon lien à faire entre la mode et le design, malheureusement, c’est la contrefaçon qui est partout aujourd’hui. Ce sont deux milieux très touchés. On s’est aperçu que la contrefaçon joue sur le fait que les gens n’ont pas ou peu de connaissance, sur le manque de culture par rapport au design. Avec Be Original Americas, on a décidé d’éduquer et d’expliquer pourquoi il est important d’acheter un design original. Tout ce qui peut promouvoir le design m’intéresse. Parce que c’est mon métier et qu’il n’y a pas assez de choses qui se font pour le design, alors que c’est quelque chose qui nous entoure tous les jours, comme la mode.

Quelles sont les conséquences de l’industrie des reproductions ?
Derrière un objet design, il y a un designer, une personne, un boulot. Avant ça, il y a une école de design, et plus encore, il y a un étudiant, avec des parents qui investissent. Consommer la contrefaçon, c’est pénaliser une génération entière qui est aujourd’hui à l’école de design et qui aura beaucoup de mal à trouver du boulot. Sur le plan économique, c’est une concurrence déloyale qui coute une fortune à l’industrie. D’un point de vue écologique, on demande à tout le monde de faire attention à ce qu’on achète et aux entreprises de respecter des normes. Dans la contrefaçon, on ne sait absolument rien ! Où et comment sont faits les piètements en chrome d’une chaise ? En Asie, les travailleurs doivent mettre les mains dans des bains de chrome sales et c’est épouvantable. Ils finissent avec le cancer. En Italie, ces produits sont fabriqués selon les normes européennes, les ouvriers portent des gants, ils sont masqués, les bains changés et nettoyés…

Pourtant, les copies, facilement accessibles sur Internet, continuent d’intéresser les consommateurs, au Canada notamment…
Oui je sais malheureusement, je le dirai à la conférence, je sais que ça ne va pas plaire. En fait, quand on discute avec gens de l’industrie, on se rend compte que les produits de contrefaçon rentrent au Canada vers les États-Unis, c’est le concept de la zone grise, la gray area, ca s’approche, ça ressemble, on triche avec consommateur. Dans la contrefaçon, il y a aussi une malfaçon quelque part. Le contrefacteur n’investit pas en machinerie et en marketing. Il ne prend pas le risque de lancer un nouveau produit, car il copie ce qui est déjà populaire sur le marché. Le produit ressemble, mais il est moins cher. La contrefaçon est l’image pâle d’un produit parfait, fait différemment, et moins bien.

Pourquoi les reproductions sont-elles si populaires selon vous ?
Deux choses. L’énorme société de consommation n’a pas encore compris qu’acheter moins cher et garder un produit deux ans, ce n’est pas plus malin que de se procurer un produit plus cher pour le garder cinq, six, sept ou huit ans. La contrefaçon est basée sur un mode de consommation où tout le monde veut tout avoir tout le temps, tout de suite. On est devenu un peu comme des veaux, des animaux de la consommation. Il y en a un qui saute, tout le monde saute. À l’inverse, en design, on essaie de parler de gout, de confort et de besoin. Qu’est-ce qu’une lampe doit apporter chez vous ? Est-ce que vous avez besoin d’une chaise Eames, ou est-ce que vous avez besoin d’une chaise ? Amusez-vous à décorer un appartement qu’avec du faux, vous vous mentez à vous même ! Quel est le but d’acheter faux ? Faire croire que vous pouvez acheter l’entrée de gamme ? Faire partie de gens qui sont capables de se payer ça ? Mettriez-vous une Joconde sur votre mur de salle de bain ? Ce qui est beau dans le design, c’est qu’il s’est tellement démocratisé. Il y a maintenant tellement de solutions pour acheter du design. Plus besoin d’acheter du faux pour faire croire que.

Canapé Plumy, entrevue avec Antoine Roset de Ligne Roset par Claudia Guerra

Clin d’oeil à Plumy, le canapé icônique qui m’a accueillie pour l’entrevue à la nouvelle boutique Ligne Roset de Montréal (197 rue Young).

Qu’est-ce un design authentique pour vous ?
Le design original, c’est-à-dire une pièce créée par un designer, éditée par une manufacture, et qui est distinctive. Elle a une idée, elle est nouvelle, elle n’est pas une copie de quelque chose. Chez Ligne Roset, un dessin ne peut être produit proprement que si la relation humaine aboutit entre le manufacturier et le designer. Le dialogue est permanent, car c’est encore un métier de relations humaines. C’est très important. Dans le monde du design, la définition du design est de rendre un objet utile de tous les jours encore plus utile en l’embellissant et le mettant au gout du jour. Ça, ça doit être fait tout le temps et on peut toujours l’améliorer. J’insiste, le design original ce n’est pas que du design cher.

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Auteur:
Claudia Guerra
Photographe:
1. Aude Adrien 2. Ligne Roset
Mots-clics: