Recette : gâteau aux prunes de fin d’été

[rate]

Profitez des belles prunes violacées qui arrivent au marché en fin d’été.

Ingrédients

Gâteau :
1⁄2 tasse (125 ml) de beurre, ramolli
3⁄4 tasse (180 ml) de sucre

2 œufs

1 c. à thé (5 ml) de vanille
11⁄2 tasse (375 ml) de farine

1 c. à thé (5 ml) de poudre à pâte

1⁄4 c. à thé (1,25 ml) de sel

1⁄2 tasse (125 ml) de lait
12 prunes moyennes avec la pelure, dénoyautées et tranchées

Garniture :
1⁄2 tasse (125 ml) de cassonade tassée
2 c. à soupe (30 ml) de farine

1 c. à thé (5 ml) de cannelle

1⁄4 tasse (60 ml) de beurre froid

Instructions Portions:  8

Voici une recette du patrimoine ukrainien qui profite des belles prunes dodues et violacées qui arrivent au marché en fin d’été. Des tranches acidulées de prunes saupoudrées de sucre et de cannelle couronnent ce moelleux gâteau.

Étape 1 : Préchauffer le four à 180 °C (350 °F). Graisser un moule de 9 po (2,5 l).

Étape 2 : Pour le gâteau : Dans un grand bol, défaire le beurre et le sucre en crème au batteur électrique. Ajouter les œufs un à la fois en battant pour bien émulsionner. Ajouter la vanille.

Étape 3 : Dans un autre bol, tamiser la farine, la poudre à pâte et le sel. Ajouter au mélange de beurre en alternant avec le lait. Battre à basse vitesse, juste assez pour mélanger. Verser la pâte dans le moule préparé, lisser la surface et y étendre les tranches de prune en une seule couche.

Étape 4 : Pour la garniture : Dans un petit bol, combiner la cassonade, la farine et la cannelle. Incorporer le beurre à la fourchette ou au coupe-pâte jusqu’à l’obtention d’une texture grumeleuse. Parsemer la garniture sur les prunes.

Étape 5 : Cuire 35 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre en ressorte propre. Laisser refroidir 10 à 15 minutes avant de démouler.

Star d’ici
La prune Mont-Royal est montréalaise de souche. Son robuste petit prunier endure les longs et rigoureux hivers pour fleurir précocement au printemps. Les fruits de couleur bleu nuit violacé arrivent au marché à la mi-septembre. Il y a d’autres variétés de prunes en vente, mais elles viennent toutes des zones plus tempérées. Seule la Mont-Royal est assez rustique pour pousser ici. Avec sa chair jaune, tendre, juteuse et merveilleusement sucrée, la Mont-Royal est parfaite pour manger nature et tout aussi divine pour les desserts et les confitures.

William Dunlop développe la Prunus domestica Mont-Royal en 1892, dans son verger d’Outremont. Il présente sa prune issue d’un cultivar d’origine européenne à la Société d’horticulture et de pomologie du Québec en 1902. Elle connaît un succès instantané et on la retrouve rapidement dans tous les vergers de la ville. Plus d’un siècle plus tard, cette prune du patrimoine montréalais est toujours une favorite.

Reproduction des recettes autorisée par « Marché Jean-Talon »par Susan Semenak (Les Éditions Cardinal, 2011).

[img_assist|nid=24781|title=|desc=|link=none|align=left|width=220|height=281]