Projet à faire soi-même : tissus imprimés personnalisés

Inspirez-vous du look bohème des tissus imprimés à la planche de certains de vos designers préférés, dont John Robshaw, Les Indiennes et Raoul Textiles. Même si la maîtrise de l’art de l’impression à la planche demande des années, vous pourrez reproduire ce look facilement et à peu de frais à l’aide de tampons et de peinture à tissus. Nappes, cartons d’invitation, taies d’oreillers, cette technique se prête à de multiples usages.

Outils et matériaux

  • Tissu en coton ou en lin
  • Peinture à tissus
  • Tampon en bois ou en caoutchouc
  • Plaque d’acrylique
  • Pinceau en mousse
  • Tapis de coupe
  • Fer à repasser

Étape 1: Trouvez des tampons

Toutes les boutiques d’artisanat proposent des tampons de caoutchouc aux jolis motifs fleuris. Pour des tampons de bois, pensez aux magasins d’importation de produits indiens.

Étape 2 : Imprimer à la planche

La peinture peut fuir sur des tissus dont les fibres sont lâches. Vous devez donc placer le tissu sur une surface plane et non poreuse, comme un tapis de coupe. Si vous utilisez un tampon de caoutchouc, posez-le sur une plaque d’acrylique pour qu’il soit plus facile à manier. Ensuite, appliquez de la peinture sur le tampon à l’aide d’une brosse en mousse. Faites un premier essai sur un morceau de tissu pour déterminer quelle pression il faudra exercer. Soyez créatif et si vos impressions sont inégales, cela ajoutera au charme de votre œuvre ! Nettoyez l’excès de peinture qui s’accumule sur le tampon.

Étape 3 : Fixez la peinture au fer

Attendez que la peinture soit sèche au toucher (environ une heure), puis fixez les couleurs en repassant le tissu directement au fer chaud, ce qui le rendra lavable à la machine.

Produits : Chemin de table, serviettes de table, couverts, assiettes à salade, verres, CB2; vase, pot à confiture, bol en bois, cuillère, La Merceria; fauteuil, Design Republic; tampon en caoutchouc, plaque d’acrylique, Walmart; tampon de bois vintage, Tola; peinture à tissus, DeSerres.

Photographe:
Michael Graydon
Mots-clics: