Voyager comme un designer : Want Les Essentiels de la Vie à Berlin

« Die Kunst ist eine Vermittlerin des Unaussprechlichen. »/ L’art est un médiateur de l’indicible. – Johann Wolfgang von Goethe

L’Allemagne est connue pour son design fonctionnel, à la pointe des avancées technologiques, s’appuyant sur un savoir-faire manufacturier synonyme de solidité et de fiabilité. En 1907 déjà, des artistes et des industriels s’associaient dans le Deutscher Werkbund pour affirmer le label de « fabrication allemande » comme gage de qualité, en intégrant les traditions artisanales à la production de produits de grande consommation. Cette recherche d’une esthétique industrielle imprégna les arts décoratifs, le stylisme et l’architecture dans les années 1920, particulièrement au sein du mouvement Bauhaus, une école de design qui continue d’inspirer les créateurs actuels.

Berlin a toujours joué un rôle prépondérant dans ce dynamisme multidisciplinaire. Elle s’enrichit comme pôle industriel de l’Europe au XIXe siècle, puis subit la dépression, mais son effervescence culturelle rivalise avec Paris pendant les années folles. Détruite en grande partie pendant la Seconde Guerre mondiale, elle renaît de ses cendres pour devenir le centre névralgique de la guerre froide. Elle cristallisera les débats menés de part et d’autre du rideau de fer sur l’art au service d’une idéologie – pro-communiste pour les uns, pro-occidentale pour les autres — jusqu’à ce qu’un vent de liberté l’emporte définitivement, entraînant la chute du mur, en novembre 1989.

Depuis, celle qu’on surnommait jadis l’Athènes de la Spree s’affirme comme métropole artistique nationale et internationale. Le design y explose, foires commerciales, festivals, universités, entreprises, musées et magazines spécialisés foisonnent… et ses accomplissements lui valent d’être nommée Ville UNESCO de Design en 2005. Le Kaufhaus des Westens symbolise tant la résilience de Berlin comme capitale du pays que son identité résolument cosmopolite. On y trouve d’ailleurs des marques canadiennes telles que Want Les Essentiels de la Vie, dont le cofondateur Byron Peart visite souvent l’Allemagne avec son partenaire, Stefan Weisgerber, directeur des ventes, secteur détail, chez Mark Edwards Group.

Lorsque j’avais découvert la demeure de Byron et Stefan, j’avais été frappée par l’union réussie entre l’esprit universel qui émane du complexe Habitat 67 et l’influence du design allemand dans leur décor. Ramenée au souvenir de mes années d’études en Allemagne, je redécouvre la profondeur de la culture germanique et je savoure la beauté d’une langue singulière qui élève la logique au rang de poésie. Je me souviens d’un peuple qui aime parler philosophie et je revois Berlin la libertaire, où les artistes réinterprétaient le passé pour inventer l’avenir. C’est un peu ce que nous propose Want Apothecary, le nouvel espace conçu par Byron et Dexter Peart à Westmount… Pour les avant-gardistes, la recherche d’une authenticité européenne ou d’un mode d’expression alternatif passe souvent par le « méridien de Berlin ». Alors, suivez les pas de Byron et de Stefan quand vous vous y rendrez!

Corinne Cécilia : Où aimez-vous loger quand vous êtes à Berlin?
Stefan et Byron : Nous adorons Das Stue. C’est un hôtel formidable avec un spa fantastique.

CC : Où aimez-vous sortir le soir?
S&B : Il y a deux restaurants où nous aimons dîner : le Borchardt est plutôt décontracté, tandis que le Vau est plus chic, avec un intérieur splendide. Nous aimons aussi prendre un verre à la Soho House.

CC : Où aimez-vous faire vos emplettes?
S&B : Il y a tellement de quartiers différents à Berlin! La meilleure boutique de luxe est The Corner. C’est plaisant d’aller à Kreuzberg et de se promener, tout simplement, de faire de nouvelles trouvailles.

CC : Quels sont vos lieux préférés?
S&B : Nous allons toujours au Bauhaus-Archiv : c’est un petit musée qui possède tellement d’objets Bauhaus originaux… Pour nous détendre, nous aimons surtout les spas et les musées.

Conseil de voyage : Imprégnez-vous du design allemand en visitant le musée berlinois Bauhaus-Archiv. L’exposition Sensing the Future : László Moholy-Nagy, the Media and the Arts y présente, jusqu’en janvier 2015, le travail d’un des artistes les plus influents du XXe siècle. Pionnier du multimédia et de l’art conceptuel, Moholy-Nagy explora les interactions entre les divers arts médiatiques et le monde des sens.

Plus près de chez nous : En plus de cours de langues sanctionnés par un diplôme réputé, le Goethe-Institut propose chaque mois, à Montréal, à Ottawa et à Toronto, des manifestations culturelles riches et variées. Le mois de novembre sera largement consacré au 25e anniversaire de la chute du Mur de Berlin.

Je dédie ce billet à notre compatriote, Prof. Dr. Heather Cameron, fondatrice de Boxgirls Berlin e.V. (www.boxgirls.de) et de Boxgirls International.

Photos:
1. Svein-Magne Tunli, tunliweb.no

2a, 2b, 2c. Sonny Bengtsson
3. Kaufhaus des Westens
4a. Acne Studios

4b. WANT Les Essentiels de la Vie

4c. Byredo Parfums
4d. WANT Apothecary
5. Das Stue Hotel

6. Soho House

7. Svein-Magne Tunli, tunliweb.no
8. Markus Hawlik © VG-Bild Kunst

9a. Floris Neusüss et Renate Heyne, photogramme en couleur à partir de l’œuvre de László Moholy-Nagys Light Prop for an Electric Stage, 2013 © (László Moholy-Nagy) VG Bild-Kunst, Bonn 2014

9b. László Moholy-Nagy, Kinetic-Constructive System. Structure with Movement Tracks for Play and Conveyance,
1928. Theaterwissenschaftliche Sammlung, Universität zu Köln © VG Bild-Kunst, Bonn 2014

9c. László Moholy-Nagy, Construction Z VII, 1926. National Gallery Washington © VG Bild-Kunst, Bonn 2014

9.d László Moholy-Nagy, Construction Z I, 1922-1923. Bauhaus-Archiv Berlin, photo : Hartwig Klappert © VG Bild-Kunst, Bonn 2014

 

Auteur:
Corinne Cécilia
Photographe:
Svein-Magne Tunli, tunliweb.no

Mots-clics: