Entrevue : Brad Ford

Son blogue, www.designtherapy.com, décolle et le magazine New York Spaces a classé l’architecte d’intérieur Brad Ford parmi les 10 designers à surveiller. Originaire d’une petite ville de l’Arkansas, maintenant designer dans la Big Apple, Brad Ford se sent privilégié d’avoir le soutien de son fidèle public.

Connu pour ses espaces équilibrés aux lignes franches, Brad Ford a démarré sa propre entreprise en 1998, travaillant à New York, dans les Hamptons et au Connecticut. Mariant la verve des années 1950-60 à la finition contemporaine, il choisit ses objets avec soin, s’assurant qu’ils s’harmonisent à l’ensemble de la pièce. Pourtant, ses espaces n’apparaissent jamais guindés — en fait, c’est tout le contraire.

Ses pièces sont chaleureuses et élégantes, un peu comme Brad Ford lui-même. Durant notre entrevue, il réfléchit brièvement à ses réponses avant de les articuler avec juste ce qu’il faut de perspicacité et d’humour, et un léger soupçon de son accent du sud des États-Unis. Ici, il partage avec nous ses passions et ses projets, et nous explique comment il parvient à garder les deux pieds sur terre.

Le top 10 de Brad Ford
1. Architectes Shelton, Mindel & Associates. « Leur travail est si pur et simple. Cela paraît si facile. »
2. Hôtel L’East Deck Motel, à Montauk, NY. « Il possède un charme rustique et une atmosphère très rétro. »
3. Combo couleur Des agencements de couleurs neutres. « Écru, beige mastic, lin, poil de chameau et gris. On donne le ton avec des accessoires. »
4. Accessoire Les lampes Akari de Noguchi.
5. Mobilier Le Chieftain de Finn Juhl.
6. Appareil Le mélangeur de Cuisinart.
7. Livre The Tailored Interior, de Thad Hayes (Rizzoli, 2009).
8. Eau de Cologne Dior Homme.
9. Auto Jeep Wrangler Unlimited 2010.
10. Application pour iPhone ShakeItPhoto. « J’adore le fait qu’elle fonctionne comme un vieux Polaroid. »

Maison & Demeure : J’ai lu quelque part que vous faites de la décoration depuis que vous êtes enfant.

Brad Ford : Oui, et je crois que ma mère pensait que j’étais fou. Ma petite chambre était devenue un vrai laboratoire. Elle faisait 2,4 m x 2,4 m, mais j’en déplaçais le mobilier sans cesse.

M&D : Ce qui devait sûrement avoir un grand impact dans une petite chambre !

BF : Même à l’époque, je savais qu’il fallait exploiter les dimensions d’une pièce. Cela a vraiment influencé ma façon d’aborder le design.

M&D : À quoi ressemble votre maison maintenant ? Habitez-vous encore dans un petit espace ?

BF : J’ai un studio en ville. Il représente bien mon style — naturel et texturé. Il est accueillant et relaxant. À New York, dès qu’on passe le pas de la porte, on est pris d’assaut par le bruit, les odeurs et les gens, alors il faut une retraite sereine.

M&D : Avez-vous des objets préférés à la maison ?

BF : J’adore ma table basse — une tablette de teck de 33 cm d’épaisseur. Et je possède de superbes meubles datant du milieu du siècle dernier : deux fauteuils PK31 de Poul Kjærholm et une lampe Noguchi.

M&D : Recommanderiez-vous à ceux qui habitent un petit espace d’investir dans quelques belles pièces ?

BF : Je leur dirais qu’il faut être consciencieux de ce qu’on apporte dans notre maison. Évitez l’encombrement. Cela affecte l’apparence d’une maison, mais aussi notre humeur. Ne gardez que les choses dont vous avez besoin et que vous aimez.

M&D : Collectionnez-vous quelque chose en particulier ?

BF : Je collectionne la poterie depuis des années. J’expose toutes les pièces au même endroit pour maximiser l’impact. J’adore la poterie scandinave, particulièrement les réalisations de Gunnar Nylund, mais elles sont plutôt chères et difficiles à trouver, alors je n’en ai pas beaucoup. Je suis sensible aux formes et aux textures, et je peux tout autant acheter des objets moins coûteux dans un marché aux puces.

Source : Maison & Demeure septembre 2010